• Lun - Ven : 9:00 - 18:00
  • 33 (0)5.57571005
  • info@synvec.fr

Blog

SynVec prend en charge un projet d’identification d’un principe actif présent dans un extrait d’huile végétal pour le compte d’un industriel en Pharmaceutique

L’équipe de SynVec a signé un contrat avec un industriel en Pharmaceutique afin d’identifier un principe actif dans un extrait huileux d’une plante qui pousse dans le sud de l’aquitaine. Ce projet est en cours de réalisation en collaboration avec la cellule de transfert technologique Aquiderm.

Read more

SynVec a participé à la convention d’affaires en Oncologie MEET2WIN Bordeaux 2017

L’équipe de SynVec a participé à la 3ème édition de la convention d’affaire en oncologie « MEET2WIN » organisé par Matwin la plateforme nationale d’accompagnement de la maturation de projets en oncologie.

La convention MEET2WIN a été une occasion pour SynVec afin de se connaitre auprès des acteurs nationaux et internationaux en oncologie appartenant au secteur académique, privé et industriel. L’équipe de SynVec a pu aussi échanger en rendez-vous B to B avec différentes structure régionales Nationale et internationales concernant  les programmes R&D en vectorisation chimique proposés SynVec ainsi que les différentes prestations à façon en Chimie.

Read more

La metformine confirme sa capacité préventive contre le cancer du sein et de l’utérus

La metformine est un antidiabétique orale, cette molécule est utilisé dans le traitement du diabète de type 2, cette fois-ci elle démontre sa capacité à améliorer la survie chez certaines patients atteintes du cancer du sein.

La metformine semble aussi avoir de très bons résultats chez les des patientes diagnostiquées avec une hyperplasie de l’endomètre qui est un précusrseur dans une 1 cas sur 3 du cancer de l’utérus. Ce sont deux études présentées l »ASCO, la réunion annuelle de l’American Society of Clinical Oncology qui  prouvent ces résultats et y ajoutent aussi des possibles capacités anticancéreuses de la metformine tout en confirmant une intéraction complexe entre métabolisme et cancer.

Pour plus d’informations veuillez consulter l’article suivant :

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2016-06/uops-ddm060316.php

Read more

SynVec labellisée plateforme du SIRIC BRIO (Bordeaux Recherche Intégrée Oncologie)

Depuis le mois de Mars 2016, SynVec fait désormais partie du réseau SIRIC BRIO qui regroupe les hôpitaux Universitaires (l’Institut Bergonié et CHU Bordeaux), les institutions de recherche (CNRS, INSRM), l’Université de Bordeaux ainsi que les institutions régionales régionales (Cancéropole Grad-Sud-Ouest, Réseau de Cancérologie d’Aquitaine, Groupement des Industries Pharmaceutiques et de Santé d’Aquitaine, Conseil Régional d’Aquitaine).

SynVec devient ainsi une plateforme labellisée du SIRIC BRIO ce qui permettrait aux laboratoires et Institutions faisant partie de ce réseau de pouvoir profiter du savoir faire de l’équipe de SynVec dans le domaine de la synthèse chimique à façon et de la R&D en chimie organique. Ces laboratoires pourront donc bénéficier des prestations en synthèse et R&D en chimie de SynVec afin de développer leurs programmes de recherche en Oncologie suivant les différents axes et thématiques proposés par le SIRIC. Un soutien financier est donc proposé par le SRIRIC BRIO aux laboratoires et institutions qui feront appel aux prestations SynVec dans le cadre de leurs programmes de recherche en Oncologie.

Read more

SynVec : Relevance to cancer research

In order to show the relevance to cancer research for SynVec activies, we give you some exemples of our last projects :

SynVec worked on a project of monitoring MMPs (Matrix Metallo-Proteinases)  activities allowing the design and synthesis of peptidic biochips which are able to inform about the tumor aggressiveness. The ANR (Agence Nationale de Recherche) project in which SynVec participated is a program to develop new drug delivery system (chemical vector) to target cancerous tumor angiogenesis.
In another project, modified Nucleosides, nucleolipids and  phosphoramidites synthesized by SynVec are used in order to formulate new lipidic systems to target cancerous tumors by delivering therapeutic agents in the close environment of these tumors.
These projects are examples of validated applications in cancer research treated by SynVec team. Several chemical molecules which could be synthesized by our team could be potential candidates for cancer treatment. Our experiences in the chemical synthesis and chemical vectors design allow us to take part in different projects for cancer treatment. We have an expertise in the chemical biology field and interface, specially in the medical side of the chemical synthesis which could be considered as a real asset to be a privileged partner for cancer research projects.

Read more

Les statines pour retarder l’apparition et la progression de la dégénérescence maculaire liée à l’âge

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est une maladie évolutive de la macula à déclenchement tardif qui affecte la vision centrale. Des études ont montré que certains des facteurs pouvant conduire à l’athérosclérose et aux accidents vasculaires cérébraux sont les mêmes que ceux pouvant conduire à la DMLA. Les statines se sont avérées très efficaces dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux, de sorte qu’il est possible qu’elles puissent aussi protéger de la DMLA. Un certain nombre d’études observationnelles avaient examiné la relation entre la DMLA et l’utilisation de statines, mais les résultats étaient contradictoires.

Cette revue systématique a identifié un essai contrôlé randomisé achevé et un en cours. Pour ce qui concerne l’essai achevé, dans lequel 30 patients avaient reçu quotidiennement pendant trois mois soit 20 mg de simvastatine soit un placebo, les analyses n’ont pas montré de différence statistiquement significative dans l’acuité visuelle à la fin du traitement ou 45 jours après l’achèvement du traitement. Pour l’essai en cours, les analyses préliminaires après 12 mois de traitement n’ont pas montré de différence statistiquement significative entre 40 mg quotidiens de simvastatine et un placebo, au niveau de l’acuité visuelle, de l’accumulation des drusens ou de la fonction visuelle. Vues la petite taille de l’essai terminé et la courte durée du traitement et de la période de suivi, aucune conclusion concernant les effets des statines sur l’apparition ou la progression de la DMLA ne peut être tirée à ce jour. Nous mettrons à jour cette revue lorsque les données de l’essai en cours seront disponibles.

 

Souce link : http://www.cochrane.org/fr/CD006927/les-statines-pour-retarder-lapparition-et-la-progression-de-la-degenerescence-maculaire-liee-a-lage

Read more

CANCER: Découverte d’un suppresseur de tumeur puissant et prometteur – Current Medicinal Chemistry –

C’est une découverte prometteuse de chercheurs du Centre de recherche sur le cancer de Toulouse d’un métabolite suppresseur de tumeur, issu du métabolisme combiné du cholestérol et de l’histamine -une molécule naturellement produite par le corps (ou apportée par l’alimentation). Ce métabolite humain rare pourrait donner lieu au développement de nouveaux traitements contre le cancer, selon ces travaux, présentés dans la revue Current Medicinal Chemistry.

Les chercheurs de Toulouse, Sandrine Silvente-Poirot, Florence Dalenc et Marc Poirot expliquent le processus qui les a conduits à découvrir ce métabolite et décrivent ses propriétés pharmacologiques : l’équipe identifie ici une enzyme impliquée dans le métabolisme du cholestérol -5,6-époxyde, cible du Tamoxifène* (*hormonothérapie qui va bloquer l’action des hormones oestrogènes sur les cellules cancéreuses) : précisément, le Tamoxifène  induit une production de 5,6-CE dans les cellules cancéreuses mammaires. Les chercheurs font donc l’hypothèse d’une nouvelle voie métabolique prometteuse, à partir de la transformation métabolique du cholestérol -5,6-époxyde. Ils montrent que le métabolisme du cholestérol  » 5,6α-EC  » avec l’histamine va produire cette molécule, la dendrogénine A (DDA).

Les promesses de la dendrogénine A : DDA présente une forte activité pour induire une activité de différenciation cellulaire à faible dose ce qui suggère son caractère endogène. Les chercheurs constatent ensuite que les niveaux de DDA sont fortement diminués dans les tumeurs, suggérant l’implication de DDA dans les cancers.

» Plus fort « , combler cette carence en DDA dans des tumeurs chez des souris modèles, induit un effet anticancéreux puissant et à de faibles doses, ce qui semble confirmer la fonction physiologique de DDA dans le maintien de l’intégrité cellulaire et la différenciation.

DDA, premier alcaloïde stéroïdien trouvé à ce jour chez les mammifères : sa découverte révèle ainsi l’existence d’une nouvelle voie métabolique chez les mammifères au carrefour du cholestérol et le métabolisme de l’histamine qui conduit à la production d’un gène suppresseur de tumeur métabolique.

On l’aura compris, cette étude un peu complexe, aboutit sur un composé anticancéreux puissant et prometteur.

Source:  Current Medicinal Chemistry Jan, 2016 DOI: 10.2174/0929867322666150716114912 Dendrogenin A: A Mammalian Metabolite of Cholesterol with Tumor Suppressor and Neurostimulating Properties (Visuel@Bentham Science Publishers & Dr. Marc Poirot)

link : http://blog.santelog.com/2016/01/18/cancer-decouverte-dun-suppresseur-de-tumeur-puissant-et-prometteur-current-medicinal-chemistry/

Read more

ALZHEIMER: Des extraits de grenade contre la maladie – ACS Chemical Neuroscience

Que ce soit dans la recherche contre le cancer ou les maladies neurodégénératives, les scientifiques sont à l’affût de substances naturelles, présentes dans nos aliments par exemple, capables de prévenir ou de freiner le développement de la maladie. De précédentes études ont ainsi désigné l’extrait de grenade, riche en polyphénols comme un nutriment efficace contre le développement de la maladie d’Alzheimer. Cette étude, présentée dans la revue ACS Chemical Neuroscience décrypte ce processus bénéfique et désigne les urolithines, des métabolites produits par le microbiote intestinal à partir des polyphénols, comme principaux agents protecteurs.

La maladie d’Alzheimer est caractérisée entre autres protéines, par la  » ß-amyloïde  » et ses plaques toxiques qui se forment entre les neurones. Pour pouvoir lutter contre la formation de ces fibrilles, une molécule devrait traverser la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau de l’entrée de substances nocives. L’équipe de chimistes a cherché à comprendre comment les composés de la grenade pouvaient passer la barrière hémato-encéphalique et prévenir la formation des fibrilles ßA. L’équipe a isolé de de l’extrait de grenade, et identifié, 21 composés pour la plupart des polyphénols. Ces polyphénols ne pouvaient pas traverser la barrière hémato-encéphalique, mais en revanche, certains de leurs métabolites, les urolithines s’avèrent capables de traverser l’obstacle.

Les urolithines sont des composés anti-inflammatoires et neuroprotecteurs formés lorsque l’ellagitanine, un polyphénol, est métabolisée par les bactéries intestinales. Les urolithines ont bien pour effet de réduire les niveaux de protéine ßA in vitro. Sur le ver ascaris, modèle d’Alzheimer, les urolithines augmentent la durée de vie. Reste bien sûr à démontrer des effets similaires chez l’Homme.

Source: ACS Chemical Neuroscience November 11, 2015 DOI: 10.1021/acschemneuro.5b00260 Pomegranate’s Neuroprotective Effects against Alzheimer’s Disease Are Mediated by Urolithins, Its Ellagitannin-Gut Microbial Derived Metabolites –

See more at: http://blog.santelog.com/2015/12/14/alzheimer-des-extraits-de-grenade-contre-la-maladie-acs-chemical-neuroscience/#sthash.yjF0ck0U.dpuf

Read more

Cancer de la prostate : une nouvelle combinaison therapeutique prometteuse

C’est une nouvelle combinaison médicamenteuse prometteuse contre le cancer de la prostate avancé, testée par une équipe de l’Université de Montréal, qui s’avère efficace dans le traitement du cancer de la prostate métastatique. Cette vaste étude internationale menée dans 196 hôpitaux à travers le monde, toujours en cours, apporte déjà des résultats préliminaires encourageants.

» Nous espérons avoir trouvé un traitement bien toléré et efficace pour freiner la progression du cancer de la prostate chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate avancé. Cette approche combine plusieurs molécules et attaque le cancer sur plusieurs fronts « , explique le Dr Fred Saad, chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) et auteur principal de l’étude. 

Il existe peu d’options pour traiter ou freiner un cancer qui s’est propagé à l’extérieur de la prostate et qui résiste au traitement hormonal. Le cancer de la prostate métastatique résistant à la castration, une forme avancée de la maladie, évolue en effet malgré les options thérapeutiques aujourd’hui disponibles: radiothérapie, hormonothérapie et chirurgie de la prostate ou des testicules.

Zytiga ®, en plus du traitement hormonal standard : Depuis 2011, l’acétate d’abiratérone, vendu sous le nom de Zytiga ®, est administré oralement en plus du traitement hormonal standard. Il bloque davantage la production de testostérone, cette hormone masculine qui agit comme un carburant pour les tumeurs cancéreuses.  » Ce traitement et d’autres avancées récentes ont permis de prolonger la survie des hommes avec cancer de la prostate au stade le plus avancé, tout en améliorant leur qualité de vie. L’espérance de vie est passée de 18 mois en moyenne en 2004, à trois ans en 2015″, explique le Dr Saad, professeur de chirurgie à l’Université de Montréal.

La combinaison Zytiga® + un candidat médicament  » JNJ-56021927 « , testée en essai clinique de phase I, montre ici son innocuité chez une quarantaine de patients.  » Les médicaments combinés sont bien tolérés et le traitement semble efficace « , explique le Dr Saad. Ces résultats encourageants ont permis l’autorisation d’une étude clinique de phase III. L’essai, mené chez plus de 900 patients, compare l’efficacité de l’acétate d’abiratérone (1000 mg) et un placebo versus un traitement combinant l’acétate d’abiratérone (1000 mg) et le JNJ-56021927 (240 mg). Dans les deux groupes, les patients reçoivent également de petites doses de prednisone pour aider le traitement et réduire les effets indésirables de l’acétate d’abiratérone.

Les conclusions de cette étude internationale seront connues d’ici 3 ans. Le futur traitement ne pourra donc pas être mis en marché avant plusieurs années. Mais les chercheurs sont très enthousiastes. Ils espèrent que ce premier traitement combiné réussira à retarder la progression de la maladie et à prolonger la vie. Et surtout, à améliorer la qualité de vie des patients atteints de cette maladie dévastatrice.

Source : UdeM Communiqué du 25 novembre 2015 Promising drug combination for advanced prostate cancer et CDC A Phase 3 Randomized, Placebo-controlled Double-blind Study of JNJ-56021927 in Combination with Abiraterone Acetate and Prednisone Versus Abiraterone Acetate and Prednisone in Subjects with Chemotherapy-naive Metastatic Castration-resistant Prostate Cancer (mCRPC) who did not Receive any Chemotherapy (Visuel@Production multimédia CHUM) –

See more at: http://blog.santelog.com/2015/12/09/cancer-de-la-prostate-avance-une-nouvelle-combinaison-therapeutique-prometteuse-udem/#sthash.11jQmQd8.dpuf

Read more

Study reveals structure of tuberculosis enzyme, could offer drug target

A team of scientists, including several from the U.S. Department of Energy’s Argonne National Laboratory, have determined the structures of several important tuberculosis enzymes, which could lead to new drugs for the disease.

Tuberculosis, caused by Mycobacterium tuberculosis bacteria, has proved incredibly stubborn even in the age of powerful antibiotics, infecting about one third of all people worldwide. Treatment can take up to nine months. It has stealth properties that protect it from antibiotics; it can hide inside human cells, avoiding the body’s immune system while it waits for the opportune moment to multiply; and it’s very resourceful at acquiring resistance.

« What we have now may not work in a few years, » said Andrzej Joachimiak, an Argonne Distinguished Fellow, head of the Structural Biology Center, co-principal investigator at the Center for Structural Genomics of Infectious Diseases and a corresponding author on the new study.

In order to make new drugs, researchers need to search through the thousands of proteins in the bacterial world to find one that does something so important the bacterium can’t live without it—and then make a little block to match.

One such entry point might be IMPDH (inosine-5?-monophosphate dehydrogenase), which is part of a cellular process that controls the making of guanine nucleotides, one of the building blocks for DNA and RNA. It’s so essential that virtually all living organisms, including human and bacterial pathogens, have versions of it.

« What we discovered earlier this year is that the human and bacterial versions bind molecules differently, » Joachimiak said. « This is very important for finding a molecule to build a drug around—you don’t want to inhibit a human enzyme, just the pathogen one. »

Researchers have been interested in the mycobacterium IMPDH enzyme as a drug target for years, Joachimiak said, but haven’t been able to produce it well enough to study it.

The team observed that one part of the enzyme’s structure was particularly wobbly, so they engineered a version without it using resources at the Advanced Protein Characterization Facility and then then determined the structure employing synchrotron protein crystallography at the Advanced Photon Source, a DOE Office of Science User Facility (both at Argonne).

The modified version functions very similarly to the original, Joachimiak said, but is much easier to purify and crystallize for study.

Brandeis University professor Lizbeth Hedstrom and University of Minnesota professor Courtney Aldrich, two of the study’s other research collaborators, had identified several inhibitor molecules that bind to IMPDH, and thus might be a starting point for a drug—but they couldn’t be imaged while interacting with the enzyme. The new engineered enzyme allowed them to capture the structures of Hedstrom’s and Aldrich’s inhibitors in action, locked with IMPDH.

Helena Boshoff at the National Institute of Allergies and Infectious Diseases performed complementary studies showing that these inhibitors do in fact efficiently block mycobacterium growth.

The new structures were deposited into the Protein Data Bank for continued study

More information: Magdalena Makowska-Grzyska et al. Mycobacterium tuberculosis IMPDH in Complexes with Substrates, Products and Antitubercular Compounds, PLOS ONE (2015). DOI: 10.1371/journal.pone.0138976

Source link: http://phys.org/news/2015-11-reveals-tuberculosis-enzyme-drug.html#jCp

Read more